Aufait Maroc

Corruption et droits de l’Homme : Plus des deux tiers des Etats membres de l’ONU rejoignent le Maroc

Corruption et droits de l’Homme : Plus des deux tiers des Etats membres de l’ONU rejoignent le Maroc
Dernière mise à jour le 26/06/2012 à 15:06

Le Maroc a présenté, mardi, devant le Conseil des droits de l’Homme des Nations-Unies une Déclaration transrégionale sur “l’impact de la corruption sur la jouissance des droits de l’Homme”, au nom de 132 pays, soit plus des deux tiers des États membres de l’ONU.

Dans cette Déclaration, lue par l’ambassadeur, représentant permanent du Royaume, Omar Hilale, les 132 États représentatifs de toutes les régions du monde se déclarent “profondément préoccupés par l’impact négatif grandissant de la corruption généralisée sur la jouissance des droits de l’Homme”.

Les pays cosignataires de cette Déclaration constatent que “la corruption constitue l’un des plus grands obstacles à la promotion et la protection efficaces des droits de l’Homme, particulièrement la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement”.

Ils relèvent également que “la lutte contre la corruption peut contribuer de manière significative à la promotion des principes fondamentaux des droits de l’Homme et à la consécration de la règle de droit, en tant “qu’élément nécessaire pour une société libre et démocratique” et “étape importante pour la réalisation des aspirations des pays à un développement humain durable et équilibré”.

Les États cosignataires appellent ainsi au “renforcement mutuel entre la promotion et la protection des droits de l’Homme et les efforts de lutte contre la corruption”, tout en insistant sur la nécessité de la coopération entre les États, ainsi que la coordination entre les mécanismes onusiens compétents en la matière.

C’est la première fois dans les annales du Conseil des Droits de l’Homme que la thématique de la corruption est introduite dans ses débats et avec autant de convergence internationale.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda