Aufait Maroc

Edito : La France n’est pas toujours un bon exemple

Edito : La France n’est pas toujours un bon exemple
Dernière mise à jour le 04/07/2012 à 17:22

Interrogé sur le champ des libertés par www.qandisha.ma et pour justifier la possibilité de les restreindre, Abdelilah Benkirane avait déclaré: “on n’a pas forcément toutes les libertés que l’on veut. En France, est-ce qu’un Français a le droit d’évoquer l’holocauste? Est-ce qu’une Française a le droit de porter le nikab? Chaque société a ses lois et ses règles. Si vous respectez les lois, je ne viendrai jamais discuter vos croyances”…  Une façon de dire qu’au Maroc aussi nous avons le droit de tordre le coup aux libertés qu’on jugera non-conformes à notre société.

La partie démocratique qui s’est jouée, hier, au Parlement français à l’occasion de la présentation du programme gouvernemental, n’a pas de quoi faire rougir de honte notre hémicycle national. Le Premier ministre Ayrault était sans arrêt chahuté par les élus de l’opposition. Chacun entendait ce qu’il voulait entendre en fonction du côté où il se trouvait. Pas un seul député de droite n’a trouvé quoi que ce soit de positif dans le discours du Premier ministre français. Au mieux selon eux, il aurait repris quelques idées de l’ancienne majorité. Par contre, on n’entendait que des éloges venant du camp socialiste, qui à l’unanimité saluait un plan courageux et des promesses tenues.

Parfois la France n’est vraiment pas un bon exemple pour les libertés individuelles et le jeu démocratique.

A lire aussi...