Aufait Maroc

Surpopulation carcérale, trafics, corruption : Rapport accablant sur la prison Oukacha de Casablanca

Surpopulation carcérale, trafics, corruption : Rapport accablant sur la prison Oukacha de Casablanca
Dernière mise à jour le 04/07/2012 à 13:10

Le délégué général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, Hafid Benhachem était devant le Parlement mardi, pour écouter les conclusions d’un rapport élaboré par une commission parlementaire d’inspection à la prison d’Oukacha à Casablanca. Un rapport accablant qui passe en revue des conditions de détention déplorables, mais aussi d’implications de certains responsables dans du trafic de drogue, sans oublier l’existence d’un quartier pour les détenus financièrement aisés, baptisé Abou Dhabi.

Surpopulation carcérale

La prison d’Oukacha à Casablanca souffre de surpopulation avec un total de 7.572 prisonniers, alors que sa capacité d’accueil ne dépasse pas 5.800 détenus, indique le rapport.

1,2 m²

Ce rapport, réalisé par une commission parlementaire composée de 12 députés, indique que chaque prisonnier dispose d’une superficie de 1,2 mètre carré, tandis que les normes internationales en la matière avancent un minimum de 9 mètres carrés pour chaque détenu.

Dans un certain nombre de cas, poursuit le rapport, 56 prisonniers partagent une superficie se situant entre 3 et 5 mètres carrés.

“(Face à cette situation, il est) difficile d’évoquer la possibilité d’accorder aux détenus leurs droits élémentaires tels que inscrits dans les législations nationale et internationale”.

Extrait du rapport

80% des prisonniers en détention préventive

Le document précise que le surpeuplement à la prison d’Oukacha est dû en grande partie à “la détention provisoire” qui concerne 80% des détenus, au retard enregistré dans le jugement des affaires, à la non-application de la liberté conditionnelle et à l’absence de normes objectives dans la procédure de grâce.

Conditions sanitaires et alimentaires déplorables

La commission parlementaire a relevé, en outre, un manque d’infrastructure de base dans la prison et l’absence des “conditions de santé adéquates” ainsi que la qualité de la nourriture qui laisse à désirer. En dépit du budget important alloué à la restauration, les prisonniers comptent principalement sur la nourriture qu’ils reçoivent de leurs familles, déplore le rapport qui fait état par ailleurs de disfonctionnements liés aux programmes de formation et de réinsertion.

Intervenant dans l’émission “Qadaya wa arae” diffusée mardi soir sur la chaîne de télévision Al Oula, la vice-présidente du Parlement Khadija Rouissi est revenue sur des cas de torture.

“Actuellement des jeunes sont torturés dans les prisons en étant battus avec des tuyaux. Le ministère de la Justice ne fait aucune action pour enquêter sur ces abus”.

Khadija Rouissi

La commission a noté également que les ressources humaines employées dans la prison (517 employés) ne suffisent pas à dispenser des services adéquats, outre l’absence remarquée de formation de ces employés, particulièrement dans le domaine des droits de l’Homme.

Trafics en tous genres

Par ailleurs, les députés qui ont visité la prison, et sur la base de témoignages des détenus, ont souligné de nombreux cas de trafics et de corruption, impliquant de hauts responsables de l’administration pénitentiaire et qui concerneraient aussi bien la drogue que les cigarettes ou encore les téléphones portables. Le rapport révèle également l’existence d’un quartier de détention baptisé “Abou Dhabi”, réservé aux prisonniers aisés. En réponse, le délégué général de l’Administration pénitentiaire, a estimé que ledit rapport contient des accusations dangereuses contre un groupe de personnes qui doivent auparavant être auditionnées.

Un dialogue national

C’est dans ce contexte que le ministère chargé des Relations avec le Parlement et la société civile a annoncé, mercredi, le lancement d’un dialogue national sur la situation dans les prisons et les conditions de détention des prisonniers, en partenariat avec les organisations des droits de l’Homme, qui forment le comité de coordination sur les prisons. Ce dialogue verra la participation d’organisations gouvernementales et non-gouvernementales, d’institutions nationales ainsi que le Parlement.

Dans un communiqué, le ministère précise qu’il a été également convenu d’adopter pour les besoins de ce dialogue une plateforme contractuelle, englobant les objectifs généraux, les axes, les mécanismes et les propositions législatives et réglementaires.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×