Aufait Maroc

Grève de la faim de Mustapha Salma : Une ONG interpelle le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés

Grève de la faim de Mustapha Salma  : Une ONG interpelle le Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés
Dernière mise à jour le 04/07/2012 à 10:14

Le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Antonio Guterres, a été saisi par une ONG du cas de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud, qui a entamé, mardi à Nouakchott, une grève de la faim en signe de protestation contre son éloignement, depuis bientôt plus d’une année et demi, de sa famille qui vit dans les camps de Tindouf.

Le courrier remis au Secrétariat du Haut Commisaire du HCR, à Genève, par Ali Jeddou, Coordonnateur du Mouvement international pour le parachèvement de l’intégrité territoriale du royaume du Maroc, rappelle à M. Guterres, que le Haut Commissariat a été saisi à maintes reprises sur la “situation révoltante” de la déportation forcée de Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud.

“Nous lançons également un appel aux ONG de la société civile internationale et à toutes les organisations de défense des droits de l’Homme pour intervenir d’urgence afin de faire pression sur l’Algérie et le mouvement séparatiste pour que Mustapha Salma Ould Sidi Mouloud puisse jouir pleinement de ses droits légitimes et retrouver sa famille.”

Mouvement international pour le parachèvement de l’intégrité territoriale du royaume du Maroc

Le cas de Mustapha Salma “est à prendre en considération en urgence car ce dernier connaît des difficultés sur le plan médical suite à son sit-in devant la représentation du HCR de Nouakchott dans des conditions climatiques rudes”, poursuit le document.

Dans ce courrier, l’association a joint une lettre ouverte de Mustapha Salma dans laquelle il rappelle notamment que Le HCR s’était engagé à normaliser sa situation en lui livrant un document de voyage et en lui garantissant un accès pour se réunir avec les membres de sa famille dont ses enfants, conformément à l’article 28 du droit international relatif aux réfugiés.

“Le HCR m’avait demandé de me taire et de ne point m’activer politiquement durant mon séjour mauritanien, en échange d’une solution à mon problème, sauf que rien n’a été fait, un an et demi se sont écoulés et je n’ai point revu mes enfants.”

Mustapha Salma.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×