Aufait Maroc

Nigeria : vent de panique à Kaduna, dans la peur des violences religieuses

Nigeria: vent de panique à Kaduna, dans la peur des violences religieuses
Dernière mise à jour le 05/07/2012 à 13:27

Des rumeurs sur de possibles violences entre musulmans et chrétiens ont provoqué jeudi la panique dans les rues de Kaduna, ville du nord du Nigeria, où des violences entre les deux communautés ont déjà fait récemment des dizaines de victimes.

De nombreux commerçants ont fermé boutiques, tandis que des parents effrayés se précipitaient pour venir prendre leurs enfants dans les écoles des quartiers chrétiens du sud de la ville, a constaté un correspondant de l’AFP.

L’explosion d’une voiture mercredi, dont l’origine est indéterminée, ainsi que des informations faisant état de regroupements jeudi dans les quartiers musulmans en prévision de possibles manifestations ont provoqué ce vent de panique.

Selon le porte-parole régional de l’armée, le colonel Sani Usman, l’explosion n’a pas fait de victime et n’était pas d’origine criminelle, mais des habitants « ont craint une nouvelle attaque » du groupe islamiste Boko Haram.

Fin juin, Boko Haram avait mené plusieurs attentats contre trois églises de Kaduna et de la ville voisine de Zaria, provoquant une vague d’affrontements et représailles entre jeunes chrétiens et musulmans qui ont fait plus d’une centaine de morts en cinq jours.

« J’ai reçu un appel de l’école de l’Eglise du Christ me demandant de venir chercher mes enfants », a raconté une mère de famille chrétienne, Esther Dada. « A l’école, j’ai vu d’autres parents qui parlaient d’un SMS à propos des musulmans qui allaient manifester ».

Une porte-parole de la police locale, Aminu Lawan, a confirmé l’existence de ce SMS, mais démenti l’organisation d’une telle manifestation.

Ce vent de panique illustre la tension qui règne toujours dans la ville, toujours sous couvre-feu, après les dernières attaques de Boko Haram et les affrontements inter-religieux.

Réagissant aux attentats contre les églises, des jeunes chrétiens en colère avaient alors attaqué des mosquées et des échoppes appartenant à des musulmans, et lynché à mort plusieurs personnes.

Les jours suivants, plusieurs chrétiens avaient été tués en représailles dans les mêmes circonstances par des foules de musulmans en colère.

Kaduna est l’une des rares villes du nord où dominent les musulmans, à être divisé clairement entre les deux communautés.

A lire aussi...