Aufait Maroc

Dans une Amérique plus tolérante, les célébrités révèlent leur homosexualité

Dans une Amérique plus tolérante, les célébrités révèlent leur homosexualité
Dernière mise à jour le 06/07/2012 à 15:17

De plus en plus de célébrités aux Etats-Unis révèlent au grand jour leur homosexualité, signe, selon les analystes, d’une société plus tolérante en plein débat sur le mariage gay attisé par la campagne présidentielle.

Le rappeur Frank Ocean, 24 ans, et le journaliste vedette de CNN Anderson Cooper, 45 ans, ont fait tous deux les gros titres des journaux cette semaine après avoir annoncé publiquement qu’ils étaient gays.

« Il y a quatre ans, j’ai rencontré quelqu’un. J’avais 19 ans. Lui aussi », écrit le jeune Ocean sur son blog. « Nous avons passé cet été ensemble, et celui d’après. Quasiment tous les jours. Et les jours où nous étions ensemble, le temps filait. Je n’ai plus de secrets à garder. Je me sens enfin libre », poursuit-il.

Cooper, lui, a fait son annonce dans un courriel adressé à un confrère, Andrew Sullivan, également homosexuel. « Le fait est que je suis homosexuel, je l’ai toujours été, je le serai toujours et je ne pourrais pas être plus heureux, à l’aise avec moi-même et fier », a confié le journaliste.

Avant eux, toute une série de stars du « showbiz » sont sorties du placard, telles que Jim Parsons de la série télévisée « The Big Bang Theory », ou Cynthia Nixon, qui joue le rôle de Miranda Hobbes dans « Sex and the City ».

Sans mentionner les annonces antérieures du sex-symbol latino Ricky Martin, de l’actrice Jane Lynch ou du vainqueur de l’émission « American Idol » –adaptée en France sous le titre « Nouvelle Star »– Adam Lambert.

Discrimination au travail

« Ce n’est plus seulement une tendance de l’industrie du spectacle, c’est un véritable aspect de la culture américaine », constate Rich Ferraro, de l’Alliance gay et lesbienne contre la diffamation (Glaad).

Pour lui, « cela reflète le fait que les gens sont de plus en plus tolérants envers les gays et lesbiennes. Aujourd’hui, on peut sortir du placard à Hollywood sans ruiner sa carrière. Ce n’est plus un scandale ».

Un contraste énorme par rapport à il y a 15 ans, lorsque l’actrice Ellen DeGeneres était devenue l’une des toutes premières célébrités à révéler publiquement son homosexualité, suscitant des réactions frénétiques dans la presse tabloïde. La controverse avait été si forte que beaucoup appelèrent au retrait pur et simple de sa série « Ellen ».

Ce phénomène du « coming out » facile a pris de l’ampleur depuis que le démocrate Barack Obama, candidat à sa réélection le 6 novembre, est devenu le premier président américain à défendre le mariage entre personnes du même sexe.

Le mariage homosexuel n’est pas reconnu au niveau fédéral et n’est autorisé que dans six Etats sur 50 (Connecticut, Iowa, Massachusetts, New Hampshire, Vermont, New York), plus la capitale Washington. Des référendums sont prévus sur le sujet en novembre dans le Maine, le Maryland et l’Etat de Washington.

« C’est une période intéressante car beaucoup de choses se sont passées en peu de temps. Nous sommes à un moment critique », constate Darlene Nipper, de la Task Force nationale des gays et lesbiennes.

Selon elle, beaucoup reste néanmoins à faire, et pas seulement sur le front du mariage: dans une majorité d’Etats, les travailleurs n’ont aucune protection contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle.

« La réalité est que pour beaucoup de gens qui ont pris le risque de sortir du placard il y a des conséquences que l’on ne peut ignorer », souligne-t-elle.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

[newsletter_signup_form id=0]

×