Aufait Maroc

PC, smartphones, tablettes, ces mines d’or et d’argent sous-exploitées

PC, smartphones, tablettes, ces mines d’or et d’argent sous-exploitées
Dernière mise à jour le 06/07/2012 à 17:55

Les PC, smartphones, tablettes électroniques et autres joujoux modernes nécessitent chaque année quelque 320 tonnes d’or et 7.500 tonnes d’argent dont une part minime, moins de 15%, sera recyclée, a indiqué vendredi l’Université des Nations unies (UNU).

Les déchets électriques et électroniques (DEEE) constituent ainsi des gisements miniers sous-exploités, selon les conclusions d’experts réunis lors d’un colloque académique organisé la semaine dernière au Ghana.

Chaque année, la fabrication des équipements électriques et électroniques nécessite 320 tonnes d’or — 7,7% de la production de l’an dernier — et 7.500 tonnes d’argent, soit une valeur de 17 milliards d’euros au total, selon l’UNU.

Le problème est qu’une part de 15% au maximum est aujourd’hui réutilisée via le recyclage, le reste étant perdu, souligne l’Université des Nations unies, un établissement de recherche et de formation dépendant de l’ONU.

Les technologies existent dans les pays industrialisés pour recycler ces minerais mais le taux de collecte y reste faible. Dans les pays en développement, ce taux est beaucoup plus élevé grâce à « un secteur de recyclage informel actif », pouvant atteindre 80 à 90%. Mais une bonne partie de l’or est gâché en raison de méthodes assez rudimentaires.

La valeur de ce gisement sous-exploité est pourtant, selon l’estimation de ces experts, « 40 à 50 fois » supérieure à celle des minerais extraits du sol: il y a environ 200 grammes d’or dans une tonne de circuits imprimés et 300 g dans une tonne de téléphones mobiles, contre 5 g dans une tonne de minerai.

« Un jour, probablement plus tôt que tard, les gens vont se pencher sur une inefficacité aussi coûteuse et se demander comment nous avons pu être si myopes », a commenté dans un communiqué Ruediger Kuehr, secrétaire exécutive d’un partenariat regroupant des agences de l’ONU, des industriels, des scientifiques et des ONG sur la question des DEEE.

« Pour pouvoir continuer à fabriquer des batteries pour les voitures électriques, des panneaux solaires, des télévisions à écrans plats et tous ces produits de plus en plus populaires, il faut recycler les éléments rares », a-t-elle ajouté.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×