Aufait Maroc

Situation dans les prisons : Le personnel pénitentiaire sur la sellette

Le récent rapport sur la prison Oukacha de Casablanca, présenté à la Chambre des représentants, suscite beaucoup d'intérêts tant au niveau national qu'international. Alors qu'il est annoncé la visite en septembre prochain du rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, le débat sur la réforme des établissements pénitentiaires bat son plein avec en première ligne le personnel carcéral. Situation dans les prisons : Le personnel pénitentiaire sur la sellette
Dernière mise à jour le 18/07/2012 à 8:23

La prochaine étape de la réforme carcérale au Maroc se focalisera sur le personnel du secteur (responsables et fonctionnaires) et la lutte contre les dépassements qu’ils pourraient commettre, a indiqué mardi le délégué général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion, Hafid Benhachem.

Si la majeure partie des fonctionnaires font montre de “compétence” et de “rectitude”, quelques éléments “ont néanmoins besoin de redressement”, soit par l’orientation, la sanction ou les poursuites judiciaires, le cas échéant, a dit M. Benhachem en s’adressant aux directeurs régionaux et locaux des établissements pénitentiaires lors d’une rencontre à Rabat.

“Il ne faut plus que le monde des prisons soit montré du doigt comme un secteur corrompu. (…) Nous combattrons les violations, tout ce qui est contraire à la loi et aux principes moraux.”

Hafid Benhachem, délégué général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion

M. Benhachem a, d’autre part, affirmé que la réforme carcérale aura des retombées positives sur l’image du Maroc tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, mettant l’accent sur l’énorme responsabilité qui incombe aux responsables du secteur pénitentiaire, en tant que l’administration la plus soumise au regard critique de l’opinion publique.

La peine de prison prive la personne de sa liberté et non de sa dignité et de ses droits, a rappelé M. Benhachem, incitant les responsables des établissements pénitentiaires « à se conformer à la loi, à la morale, à la probité et à bannir les pratiques de torture, même si le pensionnaire enfreint le règlement ».

A propos du dernier rapport de la Commission de justice, de législation et des droits de l’Homme à la Chambre des représentants sur la situation des prisons, M. Benhachem a affirmé qu’il est en accord avec ce rapport en dépit de réserves sur les sources et le degré de leur fiabilité, assurant que les observations formulées seront prises en considération.

Torture: El Yazami prône “l’ouverture et la transparence”

Concernant la visite au Maroc du rapporteur spécial de l’ONU sur la torture prévue en septembre prochain, le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Driss El Yazami a appelé, lors de cette rencontre, les responsables des établissements pénitentiaires, à observer un comportement “ouvert et transparent”.

“Le message essentiel à transmettre lors de cette visite est le fait que nous avons réalisé beaucoup de progrès, de manière pacifique, dans le domaine des droits de l’Homme et de la démocratie, mais il faut déployer davantage d’efforts dans un cadre de coopération commune.”

Driss El Yazami

M. Yazami a indiqué que M. Méndez devrait, lors de sa visite, s’enquérir en toute liberté de la situation dans certains établissements pénitentiaires, hôpitaux psychiatriques et centres de protection de l’enfance, et ce dans le cadre des conventions internationales signées par le Maroc dans ces domaines.

D’autre part, M. Yazami a fait observer que les rapports du CNDH sur d’éventuels dysfonctionnements en matière des droits de l’Homme visent essentiellement l’amélioration de l’image du Maroc et sa position, en termes de respect des droits de l’Homme, à l’échelle internationale, rappelant, à cet égard, l’élaboration en cours d’un nouveau rapport sur la situation dans les prisons. Ce rapport, a-t-il fait remarquer, est le fruit de deux mois de visites dans plusieurs centres de détention.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

L’agenda