Aufait Maroc

Quand on n’a plus que les yeux pour… écrire et dessiner

Quand on n’a plus que les yeux pour… écrire et dessiner
Dernière mise à jour le 26/07/2012 à 17:37

Un chercheur français a mis au point un système pour écrire de manière cursive et dessiner sur un écran d’ordinateur grâce aux seuls mouvements des yeux, une avancée qui pourrait « redonner de la créativité » à des personnes très handicapées.

« Je travaille notamment avec des patients atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Charcot, ndlr) » explique à l’AFP, Jean Lorenceau, chercheur CNRS au Centre de recherche de l’institut du cerveau et de la moelle épinière.

« Chez ces patients dont l’espérance de vie est limitée, qui perdent l’usage des membres et de la déglutition, ce qui reste souvent c’est l’oculo-motricité », à savoir la mobilité des yeux, explique le spécialiste en neurosciences cognitives, basé à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris).

Le système mis au point –pour l’instant un prototype non-commercialisé– offre à la personne une page blanche, sous la forme d’un écran d’ordinateur, sur laquelle elle peut écrire de manière cursive, dessiner ou encore signer par le seul mouvement de ses yeux.

Le système utilise l’oculomètre, appareil déjà connu qui capte les mouvements oculaires grâce à une caméra. Il existe déjà des dispositifs d’écriture avec les yeux utilisant des oculomètres mais qui n’offrent que la possibilité de sélectionner des lettres ou des mots sur un écran.

Les appareils existants ne donnent « pas la liberté de tracer ses propres figures et jusqu’à présent, on pensait que cela était impossible », explique le CNRS dans un communiqué.

L’oeil n’est pas capable de réaliser des mouvements lisses et réguliers sur un arrière-plan statique. « Toute tentative se traduit par une succession de saccades irrégulières » impropres à reproduire écritures ou dessins.

Illusion d’optique

Pour aider l’oeil à réaliser des mouvements lisses, M. Lorenceau a utilisé une astuce: l’illusion d’optique « reverse-phi » découverte par l’Américain Stuart Anstis en 1970.

Cette illusion d’optique donne « une sorte d’appui mouvant » aux yeux pour l’aider à réaliser des mouvements réguliers et non plus saccadés.

Il faut deux à quatre sessions d’entraînement d’une demi-heure pour parvenir à maîtriser les mouvements de l’oeil et tracer lettres et figures sur l’écran d’ordinateur.

C’est un outil « créatif qui peut redonner de la créativité à des personnes qui n’en ont plus », résume M. Lorenceau.

Outre le débouché évident pour les personnes handicapées, d’autres applications sont possibles chez des professionnels (tennismen, pilotes ou danseurs) chez qui la précision du mouvement de l’oeil est importante.

« Mais c’est encore très spéculatif. On en est au début », souligne le chercheur dont les travaux ont été publiés jeudi dans la revue Current Biology.

Les aides informatisées ou robotisées aux personnes à mobilité réduite apparaissent de plus en plus sophistiquées. Une récente expérience américaine a montré que des tétraplégiques pouvaient commander un robot par la seule force de la pensée grâce à un système d’électrodes implantés dans le cerveau.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l'essentiel de l'actualité nationale et mondiale.

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

×