Aufait Maroc

L’Algerie assiste en « simple spectatrice » à l’accélération de l’histoire régionale

L’Algerie assiste en « simple spectatrice » à l’accélération de l’histoire régionale
Dernière mise à jour le 01/08/2012 à 14:43

L’Algérie semble avoir perdu l’influence sur tous les dossiers chauds qui agitent la région et assiste en simple spectatrice à l’accélération de l’histoire régionale, relève le site d’information algérien Le Matin DZ.

Commentant la tournée régionale du secrétaire américain à la Défense Leon Panetta, sous le titre : le ministre de la Défense américain zappe l’Algérie , le journal écrit : Leon Panetta ne passe pas par Alger. Notre pays semble avoir perdu l’influence sur tous les dossiers chauds qui agitent la région , estimant que les bouleversements politiques du printemps arabe ne sont pas étrangers à ce circuit diplomatique américain.

D’après la même source, les prises de position officielles d’Alger concernant la Syrie aujourd’hui, la Tunisie, l’Egypte et la Libye, il y a quelques mois, ont fini par mettre hors circuit la diplomatie algérienne.

Le Matin DZ note que l’Algérie, Inaudible et en décalage flagrant avec les bouleversements politiques, avec l’apparition d’un bloc moyen oriental (Qatar et Arabie Saoudite) particulièrement agressif ( ), fait figure d’un pays isolé dans la nouvelle carte qui se dessine .

Le journal déplore qu’ Alger n’est plus cette capitale incontournable .

Et d’ajouter : Finis les premiers rôles dans les conflits puisqu’elle assiste en simple spectatrice à l’accélération de l’histoire régionale .

Pour le Matin DZ, cela coule de source, le pouvoir (algérien) est mal à l’aise avec les démocraties naissantes tout autour. Des démocraties balbutiantes certes, mais qui organisent des élections libres, sans fraude .

Le journal électronique rappelle, dans ce même contexte, que fin février la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton n’était restée que quelques heures à Alger. Le temps de rappeler l’importance de la société civile et de répéter que +les peuples du Maghreb (…) ont besoin et méritent de pouvoir décider pour eux-mêmes+ ».

Cette semaine, poursuit-il, elle entame une tournée en Afrique. Sénégal, Soudan du sud, Ouganda, Kenya, etc. Des pays qui ont connu des changements politiques ou à la veille d’importantes échéances électorales.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×