Aufait Maroc

Arrestation de membres des forces de sécurité pour corruption

Arrestation de membres des forces de sécurité pour corruption
Dernière mise à jour le 10/08/2012 à 18:37

Plusieurs membres des forces de sécurité accusés de corruption aux frontières du Maroc ont été interpellés dans le cadre d’une enquête judiciaire ouverte à la demande du roi Mohammed VI, a-t-on appris vendredi de source officielle à Rabat.

Les interpellations, dont le nombre n’a pas été précisé par le palais royal, concernent des agents de police, des gendarmes et des douaniers qui exerçaient aux postes frontières du nord du Maroc, notamment dans les ports de Tanger, Nador et Al Hoceima, a-t-on appris de sources concordantes.

Entre 15 et 20 membres de sécurité sont visés pour le moment par cette enquête, selon ces sources.

« Cette enquête a été décidée par le souverain marocain à la suite de plaintes de ressortissants marocains résidant à l’étranger ayant subi des désagréments lors de leurs passages par plusieurs postes frontières du royaume », a indiqué le palais royal dans un communiqué.

Ces plaintes « écrites et orales » sont parvenues récemment au roi, a-t-on appris par ailleurs de source gouvernementale.

« Le roi a ordonné l’ouverture d’une enquête, conformément à la loi, portant sur ces comportements frauduleux de corruption et de harcèlement exercés par des membres des services de sécurité affectés aux dits postes frontières », selon le communiqué.

L’enquête a conduit à l’interpellation de « plusieurs membres des services qui seront déférés devant la juridiction compétente », précise le communiqué du palais royal.

L’enquête, selon les sources concordantes, devrait viser également les intermédiaires illégaux qui offrent des « services » aux passagers marocains en contrepartie d’argent.

Ces intermédiaires, en particulier des chômeurs, se trouvent en grand nombre dans les ports du nord où ils harcèlent les voyageurs pour leur faciliter le passage en intervenant auprès de certains membres des services de sécurité, notent les observateurs.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×