Aufait Maroc

L’appel à des manifestations nationales tourne court

L’appel à des manifestations nationales tourne court
Dernière mise à jour le 12/08/2012 à 5:13

Le mouvement contestataire marocain du 20 février, qui a appelé à des manifestations nationales samedi soir aux côtés d’un syndicat de fonctionnaires et d’ONG de droits humains, a échoué à mobiliser ses sympathisants descendus peu nombreux dans les rues.

Les manifestants étaient au nombre d’un demi millier à Casablanca, la capitale économique et plus grande ville du royaume alors qu’ils étaient moins de 200 à Rabat, la capitale.

L’appel à manifester en soirée, après la rupture du jeûne du Ramadan, a été lancé par le Mouvement du 20 février et un collectif d’associations de droits de l’homme pour protester notamment « contre la cherté de la vie, la hausse des prix, les arrestations et la répression visant les mouvements revendicatifs ».

Des militants ont lancé des slogans appelant à l’éradication de la corruption et à la libération de militants du Mouvement du 20 février détenus. A Casablanca, un groupe de jeunes contre-manifestants sont descendus dans la rue, criant « Dieu, la patrie, le roi ».

Le Mouvement du 20 février est en perte de vitesse, surtout depuis l’arrivée au pouvoir en janvier du gouvernement d’Abdellilah Benkirane sur un programme réformiste qui tarde à se concrétiser aux yeux d’une bonne partie de l’opinion publique.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×