Aufait Maroc

Fertilité masculine : les kilos en trop à l’amende

Fertilité masculine: les kilos en trop à l’amende
Dernière mise à jour le 28/08/2012 à 14:00

Une étude australienne expose les effets de l’obésité paternelle sur les embryons et encourage les pères en devenir à perdre leurs poignées d’amour avant de commencer à concevoir un petit.

Lors de tests in vitro sur des souris, des chercheurs de l’Université de Melbourne ont montré que le sperme de mâles obèses pouvait entraîner un retardement de développement du foetus et réduire les chances de l’embryon de bien s’implanter.

Cette étude arrive à point nommé en Australie où la population souffre d’un important « problème de poids« , notent les chercheurs. 75% de la population masculine australienne est obèse ou en surpoids, alors que la moyenne mondiale est de 48%.

« De nombreux hommes ne comprennent pas l’importance de leur rôle, mais il est important qu’ils soient en bonne santé avant de concevoir », a expliqué le chercheur en charge de l’étude, David Gardner, dans un communiqué. « Le sperme doit être à la hauteur pour créer la vie, tâche la plus importante qu’il nous est donné d’accomplir« .

En plus de limiter les chances de grossesse, l’obésité paternelle réduit aussi le développement du placenta chez la femme pouvant entraîner des conséquences négatives sur le développement de l’enfant sur le long terme.

Pour mener leur étude, les chercheurs ont fait suivre un régime à base de fast-food aux souris pendant dix semaines.

Ces résultats seront présentés lors du congrès annuel de l’Endocrine Society of Australia cette semaine.

A noter que la consommation de certains aliments, comme les noix, peut améliorer la qualité du sperme. C’est aussi le cas d’autres aliments riches en omégas 3 comme le saumon, ou les oeufs, les graines, le yaourt, les baies et les patates douces.

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×