Aufait Maroc

FIFFS du 17 au 23 septembre : Le cinéma féminin à l’honneur à Salé

FIFFS du 17 au 23 septembre : Le cinéma féminin à l’honneur à Salé
Dernière mise à jour le 28/08/2012 à 17:17

Le Festival international du film de femmes de Salé, consacré spécialement au “Cinéma Féminin”, marque, selon l’association Bouregreg, organisatrice de l’événement, le passage à la maturité, se démarquant des éditions précédentes par une conception thématique nouvelle à même de renforcer les portées et dimensions à la fois cinéphilique, éducative, culturelle et festive du festival.

La programmation de cette édition s’articule sur deux axes: l’inégalité globale des statuts homme/femme d’une part et le courage des femmes qui prennent le risque de l’émancipation par la création.

Plus de 70 films

Elle comprend, outre une compétition officielle autour de douze films récents, plus de 70 films entre longs, courts et documentaires récents, composant la sélection de films représentant “une génération de réalisateurs qui a émergé ces deux dernières décennies et ayant une sensibilité aux problèmes de la femme au Maghreb et au Machrek”, expliquent les initiateurs de l’évènement.

En tant qu’invité du FIFFS, le cinéma argentin marqué par son éclectisme et son identité plurielle, sera représenté par quatre films de réalisatrices argentines contemporaines. Quelque 17 pays d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique latine participent à cette édition dont le Maroc avec le film Androman, de sang et de charbon du cinéaste Azelarab Lamharzi, est une fenêtre sur les jeunes réalisatrices marocaines.

Un forum sur le cinéma indépendant, une leçon de cinéma par le réalisateur égyptien Ossama Fawzi, et des ateliers d’écriture de scénario encadrés par des professionnels marocains et étrangers, compléteront l’affiche.

Le jury du festival, présidé par l’Indienne Aruna Vasudev, -personnalité du monde du cinéma asiatique, et fondatrice du Festival du cinéma asiatique de New Delhi-, est par ailleurs composé de sept femmes de différents horizons et cultures. Il décernera cinq grands prix officiels, dont le trophée du “Cierge d’Or de Salé”.

Parallèlement, le festival rendra un hommage à l’actrice Amina Rachid, à la comédienne égyptienne Taiseer Fahmy, à la réalisatrice iranienne Fatemeh Arya, comédienne et militante iranienne des droits de la femme et de l’enfant, ainsi qu’à Nouzha Drissi, fondatrice du Festival international du documentaire d’Agadir, disparue en 2011.

12 films en compétition officielle

• Djeca de Aida Begic (Bosnie-Herzégovine, Allemagne, France, Turquie) 
• L’enfant d’en haut de Ursula Meier (Suisse, France) 
Androman, de sang et de charbon de Azelarab Lamharzi (Maroc) 
• Rânia de Roberta Marques (Brésil) 
Violeta s’en est allée au ciel d’Andrés Wood (Chili, Argentine, Brésil, Espagne) 
• Le secret de l’enfant fourmi de Christine François (France, Bénin) 
Asmae, d’Amr Salama (Egypte) 
L’amour et rien d’autre de Jan Schomburg (Allemagne) 
• Hanezu de Naomi Kawase (Japon) 
• Ingrid Jonker de Paula Van Der Oest, (Pays-Bas, Allemagne, Afrique du Sud) 
• Portrait au crépuscule d’Angélina Nikonova (Russie) 
• La dernière piste de Kelly Reichardt (Etats-Unis).

A lire aussi...

Recevez notre newsletter

×