Aufait Maroc

A Madrid, Hollande et Rajoy solidaires pour appeler à préserver l’euro

A Madrid, Hollande et Rajoy solidaires pour appeler à préserver l’euro
Dernière mise à jour le 30/08/2012 à 19:33

Les dirigeants espagnol Mariano Rajoy et français François Hollande ont appelé jeudi à Madrid à agir pour préserver la zone euro, dont la solidarité est cruciale alors que l’Espagne semble s’acheminer vers une demande de sauvetage financier.

« Le président Rajoy et moi-même sommes attachés à l’irréversibilité de l’euro », a assuré le socialiste François Hollande lors d’une conférence de presse conjointe, annonçant aussi la tenue d’un sommet franco-espagnol le 10 octobre à Paris.

« Nous voulons que l’Union européenne aille de l’avant », a renchéri le conservateur Mariano Rajoy, « et je serai très clair sur ce sujet: ni l’euro, ni le marché unique, ni l’Union ne reviendront en arrière ».

La quatrième économie de la zone euro, qui milite pour une union bancaire et budgétaire européenne, a particulièrement besoin du soutien de ses partenaires alors qu’elle est en situation de faiblesse, ce qui pourrait la pousser à demander bientôt un sauvetage financier à l’Europe.

Elle s’est lancée dans un véritable ballet diplomatique, entamé mardi avec la venue du président de l’Union européenne Herman Van Rompuy et qui se poursuivra jeudi prochain avec la visite de la chancelière allemande Angela Merkel.

Lors du sommet européen de juin, « nous avons décidé de lancer un processus de plus grande intégration économique et budgétaire de l’Union européenne », a rappelé M. Rajoy, et « nous devrons prendre d’importantes décisions en décembre » pour mettre en oeuvre ces réformes.

Celles-ci visent à « s’assurer que les Etats-membres et les institutions, chacun dans le cadre de ses responsabilités et dans un esprit d’unité et de solidarité, agissent avec rapidité et détermination » en cas de crise.

Le président français a quant à lui salué l’important travail de rigueur et de réforme entrepris par l’Espagne: « des efforts importants ont été engagés, des sacrifices douloureux ont été consentis » et « les résultats sont déjà probants ».

Au prix d’un effort de rigueur historique, Madrid entend dénicher 102 milliards d’euros, entre coupes budgétaires et hausses d’impôts, d’ici 2014, afin de ramener à cette date son déficit de 8,9% à 2,8% du PIB.

Mariano Rajoy a d’ailleurs réitéré sa « ferme détermination à poursuivre ce calendrier de réformes ».

Mais le pays, plongé dans la récession, continue de susciter la méfiance des marchés, refroidis par la succession de mauvaises nouvelles économiques.

Dernière en date, jeudi, l’annonce par la région de Valence qu’elle demandera plus de 4,5 milliards d’euros d’aide à l’Etat central, deux jours seulement après une requête de 5 milliards par la Catalogne.

Le pays lui-même fait face à un mois d’octobre de tous les dangers, devant affronter des échéances de dette de quelque 30 milliards.

En raison de ce climat, « les taux d’intérêt sont trop élevés », a regretté M. Hollande, qui a rappelé que « parmi les missions de la Banque centrale européenne, il y a la stabilité des prix mais il y a aussi la politique monétaire ».

« Et quand nous constatons qu’il y a des écarts de taux d’intérêts d’une telle ampleur (entre plusieurs pays, ndlr) sans justification économique, ça peut donc être une justification pour une intervention », selon lui.

La BCE s’est dite prête à aider l’Espagne via des achats d’obligations mais attend d’abord une demande officielle de sa part.

« L’Espagne, c’est sa souveraineté d’en décider, ou du principe ou du moment », a dit François Hollande: « c’est la responsabilité pleine et entière de l’Espagne mais je peux comprendre que l’Espagne puisse attendre qu’il y ait les clarifications qui sont indispensables » sur le mécanisme d’aide proposé.

Un soutien clé alors que Paris et Berlin sont les acteurs incontournables en zone euro, ayant créé lundi un groupe de travail binational devant notamment réfléchir à « la mise en oeuvre des décisions sur la Grèce et l’Espagne ».

Pour autant, a insisté François Hollande, des décisions rapides sont nécessaires sur l’Espagne comme sur la Grèce. « Je veux qu’au Conseil européen du 19 octobre (…) des décisions soient prises sans qu’il soit besoin de les reporter », a-t-il prévenu.

Madrid bénéficie déjà depuis juin d’une ligne de crédit de la zone euro de jusqu’à 100 milliards d’euros pour ses banques, mais ne s’est pas encore décidée pour une aide plus globale.

« Quand je saurai exactement ce qui est offert (comme soutien par la BCE, ndlr), je prendrai une décision », a répété jeudi M. Rajoy.

A lire aussi...

Annonces immobilières

Louez, achetez et vendez grâce à la plus large offre immobilière au Maroc.

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

 Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque matin l’essentiel de l’actualité nationale et mondiale.

* Ce champs est obligatoire

×