Aufait Maroc

La Russie va lancer un système d’exploitation pour rivaliser avec Android

La Russie va lancer un système d’exploitation pour rivaliser avec Android
Dernière mise à jour le 31/08/2012 à 18:42

La Russie veut se lancer dans la production d’un nouveau système d’exploitation équipant tablettes et smartphones, rivalisant avec le système Android du géant américain Google, dont les règles de confidentialité permettent de suivre à la trace ses utilisateurs.

Un institut de la très prestigieuse université russe de recherche nucléaire (MIFI) a indiqué vendredi dans un communiqué s’être lancé dans l’élaboration « d’un système d’exploitation pour les supports mobiles », certifié au niveau fédéral russe.

Ce système d’exploitation, baptisé ROMOS, « assurera la confidentialité des données et des échanges des utilisateurs, et protègera contre les virus », précise le communiqué.

Il pourra être installé sur une série de tablettes numériques et de téléphones mobiles, ajoute-t-il.

« Les principaux utilisateurs en seront les structures gouvernementales », mais les entreprises pourront aussi acheter ce système d’exploitation, précise-t-il encore.

Un prototype de tablette équipée de ce système d’exploitation a été présenté jeudi au vice-Premier ministre russe Dmitri Rogozine lors d’un salon à Berlin, selon des médias russes.

« Le système d’exploitation a toutes les capacités de celui d’Android à l’exception des fonctions qui envoient les informations personnelles des utilisateurs au siège de Google », a expliqué Andreï Starikovski à M. Rogozine.

Le géant américain est critiqué pour collecter trop d’informations sur ses consommateurs et les stocker ensuite pendant des années.

Le ministère de la Défense russe craint, en utilisant les tablettes actuelles, que de telles informations tombent ensuite dans les mains du gouvernement américain.

Selon M. Starikovski, la production des tablettes russes devrait être lancée d’ici à la fin de l’année, et elles devraient coûter 15.000 roubles (460 dollars).

La version militaire, « résistante aux chocs et étanche », sera reliée au système de navigation russe Glonass, conçu pour rivaliser avec le GPS américain.

La tablette sera composée essentiellement de pièces fabriquées à l’étranger, qui seront assemblées dans une usine du ministère de la Défense.

« Pour l’industrie de la défense russe, c’est une question de survie: pour les forces de sécurité, la Défense, il faut un équipement (…) doté d’un programme local », a commenté Olga Ouskova, présidente de la société informatique Cognitive technologies.

Aux yeux d’Alexandre Konovalov, président de l’Institut des évaluations stratégiques, ce projet « a un sens pour les militaires, mais n’a pas de futur » en ce qui concerne le prototype civil.

« C’est une chose d’élaborer un prototype, mais c’en est une autre de produire en masse, étant donné que nous n’avons pas d’industrie électronique », juge-t-il par ailleurs.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×