Aufait Maroc

Edito : Déficit

Edito : Déficit: on se rassure comme on peut
Dernière mise à jour le 09/09/2012 à 16:08

Nizar Baraka  n’est pas inquiet pour le budget de l’État. Selon lui ceux qui évoquent un déficit budgétaire de 9% du PIB se trompent. Pour appuyer sa position il cite une augmentation des recettes d’impôts de 20% à fin juillet et de TVA de 7%. Par ailleurs des économies de 10 MMDH sont prévues et l’augmentation des  carburants rapporterait  5,7 MMDH.

Il applique ainsi la recommandation des psychologues qui vous invitent à positiver en cas d’angoisse… Mais notre ministre de l’Économie et des finances n’évoque en fait que la variation positive de quelques recettes dans le budget et surtout, n’évoque aucune aggravation des dépenses ordinaires.

Le bilan de la Trésorerie générale à fin Juillet 2012, montre que malgré une amélioration des recettes fiscales, l’ensemble des recettes ordinaires n’augmente en réalité que de 0,9% par rapport à juillet 2011, suite à une chute de -31,4% des recettes non fiscales et de -8,5% des recettes des comptes spéciaux du trésor (CST).

Suivant le même rapport, les dépenses ordinaires connaissent à fin juillet 2012 une augmentation de 21,5%… De quoi anéantir tous les espoirs de notre ministre.

Avec un pétrole qui se maintient au-delà des 110 dollars et un Dirham qui a déjà beaucoup reculé par rapport à cette devise, sa tâche de réduction des dépenses  de l’État semble très difficile… à moins qu’il ne se résigne à couper dans les 60 MMDH d’investissements prévus. Il suffirait de les réduire de 20 à 30 MMDH pour afficher en fin d’année un déficit budgétaire entre 5 et 6%.

De quoi lui permettre d’affirmer finalement: “vous voyez j’avais raison”… Oui mais à quel prix?

Non seulement l’État ne dégage pas de fonds suffisants pour faire face à ses dépenses structurelles, mais on ne voit toujours pas comment il pourrait entamer le remboursement de ses engagements vis à vis des Caisses de retraite qui constituent une grande partie de la dette publique cachée, estimée à plus de 250 MMDH selon un rapport d’actuaires en 2010.

Mais n’est-ce pas là un autre dossier susceptible de fâcher notre gouvernement qui affiche partout une sérénité totalement décalée de la réalité?

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×