Aufait Maroc

Edito : Chabat chez MEDI1TV

Edito : Chabat chez MEDI1TV
Dernière mise à jour le 01/10/2012 à 15:34

La prestation de Hamid Chabat dans l’émission “Un dossier à débattre” de Medi1TV, animée par Jawhara Lakhal, dimanche soir, a permis de lever le voile sur de nombreuses questions, et ce, à travers un débat de bonne qualité.

Oui, Hamid Chabat a l’intention de renégocier la place de l’Istiqlal dans le gouvernement. Tous les ministres du parti sont tenus de rendre compte au bureau du parti des décisions qu’ils prennent.

Toutes les nominations de responsables ou ministres seront faites en toute transparence par une commission chargée d’examiner les compétences des candidats.

Le parti de l’Istiqlal reste attaché à la Koutla avec l’USFP, même si actuellement il forme une coalition gouvernementale avec d’autres partis.

Son arrivée à la tête de l’Istiqlal n’est pas le résultat de manigances secrètes mais plutôt d’une volonté divine.

De nombreux cadres et compétences diverses étaient négligés au sein du parti, au profit des relations familiales et des proches de l’ancienne direction. Aujourd’hui, la démocratie a été rétablie et tous les militants sont sur un pied d’égalité.

Le gouvernement actuel tarde à prendre des mesures efficaces et ne produit pratiquement rien.

Les accords des dialogues sociaux ne sont pas appliqués.

En 2015, Chabat sera trop âgé pour briguer un second mandat, mais il y a de nombreux jeunes compétents pour la relève. La mission de Chabat est surtout de réorganiser le parti sur une base démocratique.

Le PAM de 2012 n’est pas le PAM de 2008. Chabat est ouvert à toute proposition avec la nouvelle équipe de ce parti.

Les poursuites judiciaires contre les enfants de Chabat n’ont été que des tentatives de l’empêcher de briguer le poste de secrétaire général du PI.

Autant de messages passés avec calme, fermeté et sourires, lors de cette émission.

Finalement, il n’aura pas fallu plus de quelques heures pour que l’image sclérosée que l’on se faisait du vieux parti de l’Istiqlal soit changée. Mais les véritables effets de l’arrivée de Chabat seront mesurés lors des prochaines élections locales fin 2013, et plus tard, lors des législatives de 2015.

A lire aussi...