Aufait Maroc

Le FIFM, une affaire d’amour et de passion pour Melita Toscan Du Plantier

Le FIFM, une affaire d’amour et de passion pour Melita Toscan Du Plantier
Dernière mise à jour le 28/11/2012 à 10:03

Si dans d’autres festivals dans le monde arabe par exemple on paie les stars pour venir, à Marrakech c’est une affaire d’amour et de passion , a affirmé la directrice du FIFM dans un entretien accordé à la MAP.

Mme Toscan Du Plantier qui se voulait rassurante quant à l’avenir du festival face à la concurrence arabe et internationale, a souligné que ces manifestations ne voleront pas la vedette au FIFM qui a atteint sa maturité et devenu un rendez vous incontournable du cinéma international.

En 2010 date à laquelle le festival a fêté son 10ème anniversaire, 102 personnalités internationales ont foulé le tapis rouge, alors que dans d’autres festivals et peut être au même moment on ne comptait pas plus que 2 ou 3 stars à qui on avait donné de l’argent pour faire le déplacement , a-t-elle confié.

Pour Mme Toscan Du Plantier, le FIFM a acquis ses lettres de noblesse par l’accueil chaleureux du public, par l’engagement de ses organisateurs et la qualité de sa programmation.

Les gens viennent à Marrakech parce qu’ils ont entendu parler de la magie du festival. Parce qu’ils savent que c’est une ville chaleureuse, qu’il y a un vrai public , a-t-elle souligné, relevant que les hôtes du FIFM deviennent par la suite ses ambassadeurs dans le monde. Quand ils retournent chez eux ils parlent du festival et du coup les gens ont envie de venir à Marrakech .

Et à ceux qui veulent faire croire que le festival commence à perdre de son éclat, Mme Toscan Du Plantier répond avec beaucoup d’assurance : En 11 ans de festival nous avons eu la chance d’accueillir les plus grands noms internationaux. Le festival a évolué plutôt assez vite par rapport à d’autres évènements du même genre dans le monde , a-t-elle affirmé.

Elle, qui se souvient encore de la première édition, organisée 15 jours après le 11 septembre, et malgré tout, c’était une année assez spéciale, forte de présence et d’émotion .

Le festival a démarré assez fort dès la première édition et on a eu les plus grands noms du cinéma international comme Francis Ford Coppola, David Lynch, Sean Connery et Marrakech continue à attirer de plus en plus de stars éblouies par la ville, ravies de l’accueil du public , a-t-elle affirmé.

Au sujet de l’hommage qui sera rendu au cinéma indien à l’occasion de son centième anniversaire, Mme Toscan Du Plantier, a indiqué que le festival a réussi cette année une première mondiale en réunissant au même moment et au même endroit une pléiade de stars indiennes.

Je me suis rendue en inde en janvier dernier pour rencontrer les stars, leur parler du festival de Marrakech et les convaincre de venir parce que c’est un monde assez fermé. Ce sont des gens un peu déifiés dans leur pays , a-t-elle relevé, précisant qu’il a fallu beaucoup d’efforts pour les convaincre de venir tous ensemble, car chacun a son ego, chacun d’eux est important . C’est donc la première fois qu’une aussi grande délégation de stars, de réalisateurs et de grands producteurs indiens se déplace pour un festival international, insiste-t-elle.

Le festival offre en sus un moment de partage d’expériences et de formation à travers son programme de master-classes, un rendez vous qui, pour Mme Du Plantier, offre aussi une vraie raison à de grands réalisateurs de venir quand ils n’ont pas de films à présenter et de donner une leçon de cinéma .

Cette année ces master-classes verront la participation de quatre grands noms du cinéma international, les américains Darren Aronofsky et Jonathan Demme, l’Italien Matteo Garrone et le réalisateur philippin Brillante Ma Mendoza.

A lire aussi...

Retrouvez-nous sur Facebook

Recevez notre newsletter

×